Le diagnostic des allergies chez les enfants est souvent tardif

48

Les adultes ne sont pas les seuls à être atteints par des allergies dès que le printemps pointe le bout de son nez. Les enfants sont également touchés, mais le diagnostic est souvent réalisé trop tard. 

Les Français sous-estiment le risque allergique

Dans le monde de la santé, la précocité est impérative afin de soigner convenablement tous les malades. Cela est aussi valable pour les allergies chez les enfants qui sont diagnostiquées très tardivement selon une récente étude réalisée par l’IFOP. Le risque est donc sous-estimé, ce qui peut entraîner de graves complications chez certains patients. L’association qui a commandé cette enquête partage ses inquiétudes :

Les Français sont loin d’appréhender la gravité du problème de l’allergie chez l’enfant.

De nombreux enfants sont allergiques 

Il est donc impératif de se renseigner et d’alerter le médecin lorsque des symptômes apparaissent. Le printemps est une saison agréable pour certains, mais néfaste pour d’autres puisqu’elle signe le retour des allergies. Il faut savoir que si les parents sont allergiques, le risque est plus important pour l’enfant. Les statistiques partagées par l’INSERM sont également inquiétantes, car selon les scientifiques : 

25 à 30 % de la population est allergique à quelque chose.

Par conséquent, lorsque votre nez commence à couler ou si vous avez des maux de tête à cause d’une plante, il y a de grandes chances pour que vous soyez allergique.

Un délai très important entre l’apparition et le diagnostic 

Cette même étude nous montre également que le diagnostic concernant cette allergie est réalisé sept après l’apparition des premiers symptômes. Par conséquent, les problèmes bénins vont se transformer en asthme dont les complications sont beaucoup plus conséquentes. La vigilance est de mise notamment chez les enfants, il ne faut pas hésiter à se renseigner lors de l’apparition de ces symptômes et à consulter un spécialiste qui proposera un traitement adapté.