Renault dévoile son concept de robot-taxis

20

Renault, le constructeur français, vient de présenter son nouveau concept de robot-taxis. Une offre commerciale est en cours d’étude et devrait commencer en 2022. Les premières images sont totalement encourageantes et indiquent clairement que la marque aimerait se lancer pleinement dans l’univers de la voiture électrique et autonome. Dans la course aux robots-taxis lancés depuis quelques années par les grandes marques automobiles, Renault ne souhaite pas être larguée. Le modèle proposé ressemble un peu aux berlines, mais ne dispose pas de volant ni de pédales.

L’objectif : séduire les municipalités

En proposant ces prototypes de véhicules, l’objectif est sans doute de séduire les municipalités. Les véhicules sont capables d’accueillir jusqu’à 6 personnes de même que leurs bagages et roulent à une vitesse de 50 km/h. Ce qui les rend conformes à la future limitation de vitesse en France. Pour les passagers, il suffira d’appeler le taxi via une application sur leur smartphone. Selon le directeur du design du groupe de la marque, ils ont souhaité un design à la fois simple et iconique, un peu comme le « black cab’ de Londres » ou encore le « Yellow Cab de New York ». Mais il fallait aussi séduire les municipalités de même que les particuliers.

Avec ce nouveau concept de voiture, Renault se positionne sur un marché très prometteur et qui ne manque pas de prétendants (Google ou Uber). On prévoit que les taxis autonomes seront disponibles d’ici quelques années et il ne fallait pas rater le virage.

 

Les expérimentations sont en cours

Renault a déjà entamé les expérimentations pour son nouveau modèle de robot-taxi. Il faut dire que le temps imparti est assez court, car 2022 est pour bientôt. Les expérimentations sont en cours en France, notamment avec le groupe Transdev. À Saclay, les deux Zoes autonomes tournent depuis le mois de décembre 2017, mais avec un professionnel à bord pour se conformer à la législation française.

Dans le campus de l’école polytechnique, le parcours est ouvert, mais avec des carrefours et des piétons. Dès lors, d’ici la fin de l’exercice 2018, les expérimentations vont sans doute être étendues à plus de véhicules et de routes. Il en est de même pour Rouen où le groupe entend faire circuler le modèle dans les différents quartiers. Du coup, le public pourra les utiliser à partir du mois de juin et l’objectif revient à accumuler le plus d’expérience possible afin d’être prêt pour 2022.