Marseille : les cinq élégantes rentrent dans l’histoire du port

49

La région PACA a décidé de protéger son patrimoine à travers la réhabilitation des grues du port de Marseille. Il y a seulement six mois, les « cinq élégantes », comme on les appelle ici, étaient tout simplement vouées à la ferraille. Aujourd’hui, elles sont devenues de véritables emblèmes dignes d’être protégés.

C’est Renaud Muselier et Christine Cabau-Woehrel, respectivement président du conseil régional PACA et directrice générale du Grand Port Maritime de Marseille qui ont inauguré les cinq grandes grues de la digue du large dont trois d’entre elles étaient menacées de démantèlement. Fabriquées en 1961, l’heure était sans doute venue de pour elles de partir à la retraite après plusieurs années de bons et loyaux services. Leur réhabilitation va toutefois coûter 200.000 euros par grue. Pour les amoureux du patrimoine, l’image est particulièrement réjouissante.

Une partie de l’histoire du port de Marseille

Alors que leur démantèlement était annoncé et proche, ces grues vont sans doute être sauvées. En effet, elles représentent l’histoire du port de Marseille et témoignent du dynamisme et du rôle non négligeable qu’a eu à jouer le port depuis plusieurs années dans le sud de l’Europe. Pour la directrice du port, il est très important que les Marseillais puissent voir ces cinq grues pendant encore très longtemps. Le projet de rénovation intervient alors après plusieurs séries de discussions entre les autorités de la région. Le mot d’ordre était unanime : préserver ces ouvrages qui ont trop longtemps fait partie du décor de la ville.

D’ailleurs, il fut un temps où l’idée de leur mise en ferraille avait été lancée. C’est sans compter l’opposition d’associations farouchement opposées à ce projet. Avec leur réhabilitation, c’est une issue heureuse qui se profile pour tous les acteurs du patrimoine et de la manutention tels que Socoma.

Le port, un présent et un avenir

Le Grand port de la ville de Marseille représente aussi bien le présent que l’avenir de la ville. Aujourd’hui, plusieurs projets industriels et commerciaux sont directement reliés à son activité, notamment le MIF68 qui va accueillir le textile chinois en quantité. Ces grues seront alors bientôt sauvées aussi bien pour le plaisir des amoureux de patrimoine que pour le dynamisme des activités commerciales passant par le port. De plus, quand on a une belle histoire, il faut toujours chercher à la mettre en valeur. Marseille, avec Nantes, fait partie des principales villes portuaires de la France et son port gagnerait à être mis en valeur.