La chirurgie plastique pour les enfants : corriger les anomalies congénitales

266

La chirurgie plastique pédiatrique a pour objectif de corriger les anomalies congénitales. Celles-ci touchent le visage ou d’autres parties du corps chez l’enfant. Aussi appelées malformations, elles sont présentes dès la naissance. Elles résultent d’un développement anormal des tissus pendant la grossesse. Ces anomalies ont souvent des répercussions esthétiques, mais aussi fonctionnelles qu’il convient de traiter le plus tôt possible. La prise en charge requiert une équipe pluridisciplinaire et un accompagnement personnalisé du jeune patient.

Les fentes labiales et palatines

Elles représentent les anomalies congénitales du visage les plus fréquentes. Une fente labiale se caractérise par une séparation de la lèvre supérieure exposant les dents et les gencives. Elle peut s’accompagner d’une fente palatine, qui est une ouverture dans le palais osseux ou mou.

A lire également : VitRessort, le meilleur fabricant pour les ressorts de torsion

Ces malformations causent des problèmes alimentaires. Elles entraînent également des difficultés de langage ou d’audition par la suite. Leur fermeture chirurgicale par l’équipe spécialisée de drbarthelemy.com s’effectue de manière programmée. 

Ces interventions délicates requièrent une assistance respiratoire et une surveillance du rythme cardiaque. En parallèle, l’enfant est suivi par une équipe pluridisciplinaire composée : 

Lire également : Formez-vous en alternance pour travailler chez La Poste

  • d’orthophonistes ; 
  • d’orthodontistes ; 
  • de spécialistes en ORL.

La prise en charge chirurgicale des fentes

L’opération d’une fente labiale est délicate et requiert une grande précision. Le chirurgien plasticien recoud la lèvre en trois couches afin d’obtenir un résultat esthétique harmonieux. Des points de suture résorbables sont utilisés pour refermer la plaie en surface. 

Pour une fente palatine, la technique opératoire varie selon : 

  • sa taille ; 
  • sa localisation ; 
  • son aspect. 

L’intervention peut durer de 2 à 6 heures sous anesthésie générale. Le chirurgien rassemble les bords de la fente à l’aide de matériel résorbable, afin que le tissu cicatrise naturellement.

Par la suite, des séances d’orthophonie sont primordiales pour corriger les difficultés de déglutition, de succion ou d’élocution. Un orthodontiste suivra l’alignement et le positionnement des dents. Des révisions éventuelles permettront d’affiner le résultat.

Les malformations vasculaires

Ces anomalies résultent d’un développement anormal des vaisseaux sanguins chez le fœtus. Elles se manifestent par des lésions cutanées de taille avec des formes et des couleurs variables. Elles peuvent aller des vaisseaux superficiels aux lésions profondes. Ces malformations peuvent poser des problèmes esthétiques selon leur emplacement sur le corps.

Leur prise en charge dépend de leur nature précise et des éventuels risques de complications. Un traitement médical à base de corticoïdes permet parfois de réduire une lésion. Dans le cas contraire, une intervention chirurgicale ou un traitement au laser peuvent être appropriés. L’objectif est de supprimer la lésion ou d’en atténuer l’aspect pour limiter les séquelles psychosociales.

Autres anomalies du visage

D’autres malformations congénitales du visage nécessitent une correction chirurgicale pendant l’enfance. Cela concerne : 

  • les microphtalmies ; 
  • les anomalies des paupières ; 
  • les malformations des oreilles. 

Même si elles n’ont aucune conséquence fonctionnelle, elles exposent l’enfant au risque de moqueries. Une intervention pourra alors être prise en charge vers l’âge de 6-7 ans avec l’accord parental.

La prise en charge psychologique

Au-delà des aspects médicaux, la chirurgie plastique pédiatrique s’inscrit dans une démarche de soins globalisée. Un accompagnement psychologique est prodigué tout au long du parcours, de l’annonce du diagnostic à la période post-opératoire.

Avant l’intervention, les équipes médicales s’attellent : 

  • à expliquer de façon adaptée le déroulement des soins ; 
  • à rassurer l’enfant et les parents ; 
  • à apaiser l’anxiété liée à l’acte chirurgical. 

Après l’opération, un soutien psychologique aide l’enfant à accepter son apparence transformée et sa cicatrice.

L’objectif est de permettre une bonne estime de soi malgré les séquelles visibles de la malformation. Cet accompagnement global vise à optimiser le développement psychoaffectif du jeune patient.

Les malformations complexes

Certaines malformations associant plusieurs anomalies requièrent une prise en charge pluridisciplinaire encore plus poussée. Il s’agit, entre autres :

  • des craniosténoses, malformations du crâne dues à un défaut de soudure des os.
  • de la microtie, où l’oreille est petite et malformée. 

Leur correction requiert une planification pré-opératoire par imagerie médicale. Des chirurgiens plasticiens, maxillo-faciaux et ORL interviendront de manière concomitante. Le décloisonnement du nez ou la reconstruction du pavillon de l’oreille feront aussi appel à des compétences complémentaires.

La réadaptation après l’opération

Après une intervention, un pansement protecteur est appliqué sur la zone opérée. Des antidouleurs sont administrés pour limiter les douleurs post-opératoires. L’enfant sera surveillé en service de chirurgie pour détecter d’éventuelles complications.

La cicatrisation nécessite plusieurs semaines, durant lesquelles des soins locaux et des massages sont prodigués. Un traitement orthopédique par des bandes métalliques peut aussi être nécessaire. 

Le retour à l’école se fera progressivement, en évitant les efforts et les contacts, le temps que la cicatrice soit consolidée. Un soutien psychologique peut aider l’enfant à reprendre confiance en lui.

Grâce à une prise en charge globale et une correction précoce, l’enfant pourra alors poursuivre son développement de manière équilibrée. La chirurgie plastique lui permet de grandir sereinement malgré sa malformation.