Contrôle technique renforcé 2018 : plus long et plus cher

4

Le nouveau contrôle technique est beaucoup plus contraignant que l’ancien. Cette situation s’explique par le fait que les fonctions du véhicule étudiées sont nettement plus nombreuses. Ce qui représente d’ailleurs 132 points de contrôles. Il est entré en vigueur en mai 2018 suite à la prise d’une directive européenne du 3 avril 2014 et dont l’objectif est de bien réduire le nombre de morts sur les routes européennes entre 2010 et 2020. Ce contrôle technique est plus pointilleux, plus long et plus cher également.

Le nouveau contrôle technique

Le nouveau contrôle technique est entré en vigueur le 20 mai 2018. Il est particulièrement sévère et invite les conducteurs à être plus attentif quant à l’état de leur automobile. Dans le cas contraire, ils pourraient se retrouver rapidement avec une contre-visite. Le contrôle technique 13013 renforcé doit pouvoir rajeunir le parc roulant, qui est de presque 9 ans en moyenne en France et 20 % ont plus de 15 ans. Les points à contrôler passent désormais de 124 à 132 et ceux des défaillances pointées, de 453 à 668.

Les défauts sont classés en 3 catégories. On note les défauts mineurs, les défauts majeurs, mais aussi les défaillances critiques. Le contrôle technique 13013 apporte beaucoup de changements et c’est la raison pour laquelle il est plus onéreux pour les possesseurs de véhicules. Les tarifs varient de 75 à 90 euros. La contre-visite peut coûter environ 15 euros.

Prévention des accidents liés à des défaillances techniques

Le nombre d’accidents liés à une défaillance technique sont beaucoup plus nombreux qu’on pourrait le soupçonner réellement. Le nouveau contrôle technique 13013 a été mis en place dans le but de remédier à cette situation. Lancé par la Commission européenne en 2014, ce nouvel examen est nettement plus strict.

La majeure partie des défauts mineurs sont désormais convertis en défauts majeurs et la contre-visite devient de plus en plus fréquente. La durée du nouveau contrôle technique est plus longue. La voiture sera donc immobilisée plus longuement. Certains centres de contrôle technique s’appuient d’ailleurs sur cela pour faire monter les prix, afin de compenser ce temps supplémentaire passé sur chaque véhicule.

Tout comme avec l’ancien contrôle technique, l’examen doit se faire dans les 6 mois qui précèdent le 4e anniversaire de la mise en circulation de l’automobile. À partir de là, des contrôles périodiques se feront tous les 2 ans.